4

10

8

11

1

2

7

6

9

3

5

Dans la chambre de Lilia, on trouve en vrac, des présents ramenés de chaque petit ou grand voyage, des cadeaux de blogueuses, des jolies choses de chez Monop' - valisettes accumulées d'années en années, imper' collection automne '12 etc. -, du home made rappelant une autre époque - coussins, plaids, petit lit et sa poupée Thelma - , de l'art façon maternelle, une penderie bricolée. On y trouve aussi des murs pas toujours blancs, des rayures, un sol parfois tâché, et toutes les joies d'une location. On y trouve des vieux jouets de bébé, auxquels on est bien trop attachés pour les reléguer dans le carton -on se dit, on verra, plus tard peut-être.... On y trouve des jouets flambants neufs, à l'ancienne ou intergalactiques, élus momentanés du coeur d'une fillette, et  qui seront à coup sûr remplacés par d'autres dans quelques semaines. On y trouve souvent une petite fille, se déguisant en dame, avec tous les colliers roses, bracelets brillants et bagues bling-bling qu'elle a pu dénicher au fond du tiroir de sa commode - à la grande incompréhension de sa maman que les princesses n'ont jamais fait rêver petite ! La journée, un oeil curieux y trouverait des jouets abandonnés et un chat avachi sur le lit profitant de son moment de répis, la petite fille et son doudou souvent loins dehors. Si on vient le soir, on retrouve cette petite fille blottie dans les bras maternels lisant une histoire cent fois parcourue, rituel auquel on ne coupe pas, même quand on le voudrait. Mais dans cette chambre j'y trouve surtout quelque chose d'étrange : à n'importe quel moment où je pénètre, que les tiroirs soient renversés par terre, les poupées alignées pour la sieste ou les légos étalés sur le passage, il flotte un calme et une douceur qui me rassurent, et qui me disent, c'est bon, tout va bien, on est bien.